Un nouveau partenariat avec le CHU de Reims

23 avril 2020

shutterstock_553451416

Groupama Nord-Est et la Fondation Groupama viennent de signer un nouveau partenariat régional de recherche avec le CHU de Reims sur l'analyse multi-génique ciblée de patients porteurs de fentes labio-palatines.

Après un premier partenariat de trois ans avec le Centre de Référence des Affections Congénitales et Malformatives de l’Oesophage (CRACMO) au CHU de Lille, Groupama Nord-Est poursuit son engagement pour la lutte des maladies rares et pour la recherche en signant un nouveau partenariat avec le CHU de Reims. 

La Fondation Groupama et Groupama Nord-Est s’engagent ainsi à verser 50 000 euros sur trois ans (35 000 euros par Groupama Nord-Est grâce aux dons récoltés lors des actions solidaires et 15 000 euros par la Fondation)  afin de financer l’analyse multi-génique ciblée de patients porteurs de fentes labio-palatines. 

L’objectif de cette étude, menée par le Professeur Martine Doco-Fenzy et ses équipes, est de mieux comprendre l’étiologie des fentes labiales et/ou palatines d’origine génétique afin de pouvoir accompagner les patients et/ou leurs familles dans l’avenir (couple souhaitant un deuxième enfant, patient adulte souhaitant des enfants…).

Retour sur le partenariat avec le CRACMO

La Fondation Groupama et Groupama Nord-Est ont soutenu l’action du CRACMO en finançant, sur trois ans, le salaire d’un assistant de recherche clinique pour le suivi du registre national. 

D’une hauteur de 50 000 euros, ce partenariat a pu se faire grâce aux événements solidaires organisés par Groupama Nord-Est auprès de ses collaborateurs et du grand public et un abondement de la Fondation Groupama. Un grand merci aux élus de la caisse et aux collaborateurs pour leur engagement, sans lequel ce partenariat n’aurait pu voir le jour.

Grâce à ce soutien, le registre (actuellement le plus grand registre au Monde en population dédié à l’atrésie de l’œsophage) continue de reporter les données de tous les patients sur les effets de la malformation, et permet des études de cohortes « nichées » afin de mieux comprendre et accompagner tous les patients de l’enfance à l’âge adulte. 

Depuis 2008 le registre représente un nombre de 1 770 enfants atteints d’atrésie de l’œsophage en France inclus dans le registre.